CONGO MIROIR

By | 27 septembre 2018

Thématique : Se changer, changer le monde

Technique : Mixte

Un grand homme a dit   « Là  où l’art et la culture foisonnent, l’homme peut dépasser le simple stade de la survie. Car l’art et la culture renferment des notions de normes et des valeurs, du dialogue avec autrui, du passé et de l’avenir de la manière de s’envisager soi-même et d’envisager le monde qui nous entoure. L’art et la culture mènent à la conscientisation de l’éducation à la culture de la paix, au développement durable et à la stabilisation des sociétés ».

«  Congo miroir  »    est  une exposition qui entend stimuler une remise en question par l’art en mettant en évidence  l’existence d’un   lien  courtois    entre  l’homme et  le monde qui l’entoure. Déconsidérant nos différences « Congo miroir expo » est  une fenêtre ouverte sur l’éducation, la culture de la paix, les valeurs  qui  constituent notre vraies  richesse.

«  Je ne crois pas que nous puissions corriger quoi que ce soit  dans le monde extérieur que nous n’ayons d’abord corrigé en nous ». Etty Hillesum

Ne disons-nous  donc pas que l’art guidait  les peuples?  L’art ne serait-il pas thérapie ?

Riche dans la composition,  harmonie et symbolique des couleurs, coup de couteau, geste et mouvement de l’artiste, contenus et messages ; ces  éléments picturaux deviennent des fils conducteurs,  réponses aux questionnements humains, reflets du bien et du mal-être contemporain.    Conciliant tradition et modernité, Kiat trouve l’inspiration à travers le regard croisé entre les savoirs des anciens et le monde contemporain.   Par ses œuvres il  passe   à l’interpellation,  au dynamisme et aux notions de  responsabilités ;  à  la prise de conscience  de la  gestion de nos valeurs puisées au réservoir des anciens. L’artiste est un poseur d’actes  de solidarité, de fraternité, et un artisan  qui s’applique à la transfiguration de la société. À travers ses œuvres  Kiat inscrit ses propres mots sur la toile en appliquant la technique mixte, symbole de la paix qui se conjugue au pluriel.

Braque disait «  l’art est fait pour troubler et la science rassure ».  « Congo miroir  », est une interpellation, une réponse et un passage à l’action face  aux problèmes contemporains de « tous ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *