L’os ou le bâton d’Ishango a été découvert en 1950 par un géologue belge au bord du lac Edouard en République démocratique du Congo (RDC) et pourrait dater de 20 000 ans. S’il existe un consensus plus ou moins établi pour dire que l’objet serait la plus ancienne attestation de la pratique de l’arithmétique dans l’histoire de l’humanité, les théories quant à sa finalité effective divergent toutefois.

Partant de l’étude de cet artefact envisagé comme un objet de fierté dont ont été dépossédés les Congolais, Ghislain Ditshekedi Mabiala en propose sa propre interprétation en inversant la flèche du temps pour remonter à sa source et questionner sa généalogie. Ishango Kwetu suggère une forme de rapatriement d’une logique mathématique en Afrique et revisite le célèbre bâton dans un contexte congolais, tant sur le plan architectural, décoratif, philosophique, pédagogique que métaphysique, à travers une carte où temps, espace et réalité participent de la même équation.

Ghislain Ditshekedi Mabalia est un artiste visuel originaire de République démocratique du Congo. Né à Lubumbashi en 1982, il obtient son diplôme en arts plastiques à l’Académie des Beaux-Arts de Lubumbashi, en 2008. Il enrichit ensuite son cursus par une série de formations pratiques: en bande dessinée avec Barlly Baruti (brevet décerné par l’institut des Beaux-Arts), en photographie, organisée par Ceprophot (en collaboration avec Africalia) et sur la technique du bronze avec l’artiste kinois Disundi (Académie des Beaux-Arts). Par le biais de l’association Dialogue, il effectue également des stages en atelier auprès d’artistes renommés tels que Jean Mwangala, Aimé Mpane, Kailu, Simone Mshenge, Disundi, Dikisongele ou encore Thérèse de Boever.

Sa démarche curieuse et proactive lui permet de rejoindre l’équipe de la Biennale de Lubumbashi entre 2013 et 2015, tout en collaborant à la production de plusieurs projets d’artistes invités. Il a participé à plusieurs expositions collectives en RD Congo, et à l’étranger, dont “ChinAfrika”, au Musée d’art contemporain de Leipzig, “M’zizi”, au Centre d’art Waza à Lubumbashi, “Mama wa kwetu” et “L’œil du cinquantenaire”, à la Galerie d’Art Contemporain du Musée National de Lubumbashi. Ghislain a également exposé en solo à la Galerie Dialogues à de Lubumbashi – Initiation – à l’Alliance française de Lusaka – Au-delà de nos apparences – et a réalisé plusieurs sculptures monumentales pour des commandes publiques.

C’est en 2013 que Ghislain découvre l’Os d’Ishango, dans le cadre de l’exposition “Congo-Nature et culture en République démocratique du Congo”, organisée au Musée de Lubumbashi en 2013. Cette découverte l’interpelle au point d’en faire un sujet de recherche, en autodidacte d’abord, puis en tant qu’artiste résident à l’Africa Museum de Tervuren à Bruxelles, en 2019, et à l’Institut fondamental d’Afrique noire de Dakar et à la Cité internationale des arts à Paris, en 2021.

L’Asbl Dialogues accueille ISHANGO-FRACTALE du 29 Avril au 07 Mai 2022