MAENDELEO

By | 24 février 2014
Partager ...Email this to someone
email
Share on Facebook
Facebook

flyer SiteL’ASBL Dialogues membre de la  Fondation Rachel Forrest
vous invite à découvrir  l’exposition MAENDELEO
Du 10 Janvier 2013 au 12 Mars 2014  à la GAC


MAENDELEO ou le rendez-vous que donne les arts plastiques Congolais à la Belgique. 14 plasticiens originaires de Lubumbashi et de Kinshasa présentent un travail qui s’inscrit dans le souci de préserver l’héritage mais aussi d’engager une rupture avec les académismes endimanchés des enseignements reçus. Une rupture consommée sans complexe ni modération. MAENDELEO signifie en Swahili progrès, continuité. L’Asbl Dialogues et les artistes qui prennent part à cet événement ont voulu inscrire dans leur signature le concept d’Unité : Lubumbashi – Kinshasa puis Flémalle en Belgique, un seul espace pour qu’y résonne tous les dialogues.

Depuis 2000, Monsieur et Madame Forrest soutiennent l’art contemporain au Katanga. Leur mécénat est à l’origine de nombreux projets artistiques et culturels. MAENDELEO est né de la volonté de ces deux mécènes engagés d’offrir aux artiste Congolais un espace de visibilité pour faire reconnaître leur travail  au delà des frontières du Congo

MAENDELEO est un lien qui tisse plus de 50 ans  de l’histoire picturale écrite par deux générations de plasticiens Congolais. Tout d’abord les héritiers de l’époque du Hangar, la très célèbre école de peinture de Lubumbashi crée à l’époque coloniale par Romain Desfossés. Cet atelier a engendré des artistes de renom comme Bela Sara, PiliPili Mulangoy. Mwenze Kibwanga. Sylvestre Kaballa. Les peintres Muvuma et Kanyemba en sont les témoins. Dans la continuité, s’épanouit la jeune scène picturale Lushoise, Celle  de peintres et de sculpteurs  soucieux d’être les témoins de leur époque. Malaya, Tshikaya, Pecho, Kabula, Tshimé, Agxon décrivent par leur travail les réminiscences d’une époque chaotique et brutale plus que jamais tiraillée entre le passé et le désir d’avenir. Leur travail résonne comme un cri. Un cri d’alarme. Architectes du « Librisme », Mampuya, Bandoma, Enkobo, Tsimba sont des frondeurs en puissance. Ces artistes de Kinshasa ont opéré une « Révolution » artistique pour mieux rompre avec les académismes de l’école des Beaux-Arts de Kinshasa. Aimé Mpané vit à Bruxelles. Natif du Congo, il est issu d’une famille de sculpteurs illustres. Un mot résume l’ensemble de son travail : apparition – disparition. Transfuge des Vicanos le photographe et vidéaste Gulda El Magambo nous livre le monde à travers le prisme de son appareil photo et caméra. Au delà des instantanés et des clichés Gulda investigue et dévoile avec poésie un monde qui nous est inconnu.

Les artistes sélectionnés pour cette exposition déroulent le fil d’une histoire qui leur colle à la peau : celle de leur pays : la République Démocratique du Congo. La « Révolution artistique » est bien en marche !

Pour que vivent de nouveaux Dialogues !

Marie-Aude Delafoy

CATALOGUE

Télécharger (PDF, 952KB)

Partager ...Email this to someone
email
Share on Facebook
Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.